Fiche métier : bibliothécaire-maker

Après notre rencontre avec Meredith Nelson et le facilitateur Nick Ward-Bopp, je vous propose de nous attarder un peu sur le métier de bibliothécaire-maker. Bien qu’encore en voie d’apparition, on peut déjà faire le point sur les formations pour se préparer à ce métier, les tâches qui attendent ces professionnel·le·s au quotidien et les ressources qui les accompagnent.

La formation de bibliothécaire

Pour commencer, comment devient-on bibliothécaire tout court ? Quelques jours après notre interview, Meredith m’a un peu plus parlé de son parcours : elle a étudié les classiques et reçu une formation en anthropologie, mais le doctorat ce n’était pas pour moi. J’ai enchaîné sur le professorat et l’école de bibliothéconomie et reçu un Masters Degree généraliste, sans spécialisation particulière.

Capture d’écran de la fiche-métier bibliothécaire sur le site de l’ONISEP.

Aux États-Unis comme dans l’Hexagone, on ne fait pas nécessairement des études de bibliothécaire pour devenir bibliothécaire : la profession est accessible par un concours de la fonction publique auquel on peut se présenter à deux niveaux, quelles que soient les études suivies (bien que certains établissements comme l’École des Bibliothécaires-Documentalistes ou l’École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et de Bibliothéconomie proposent des préparations à ce concours) :

  • au bac +2, permettant de devenir assistant·e qualifié·e de conservation ou bibliothécaire-adjoint·e spécialisé·e ;
  • au bac +3, permettant de devenir bibliothécaire ou conservateur·trice.

Une fois le concours décroché, félicitations ! Vous pouvez alors enchaîner avec un stage de 6 à 18 mois avec l’ENSSIB, durant lesquels vous apprendrez toutes les compétences professionnelles et de gestion nécessaires pour faire face à toutes les situations qui font le quotidien d’un·e bibliothécaire. Une fois en poste, les bibliothécaires ont évidemment des activités auprès du public :

  • l’accueil du public, que ce soit pour le renseigner sur le fonctionnement de la médiathèque, l’orienter dans ses recherches ou répondre à certaines de ses questions ;
  • la circulation des ressources, que ce soit le prêt comme le retour des documents, mais aussi la gestion des documents en retard. Et qui dit circulation des ressources dit…
  • traitement des rayons, pour s’assurer que les ressources, en plus d’être de retour à la bibliothèque, sont effectivement à leur place.

Mais il ne faut pas oublier les missions des bibliothécaires en coulisses :

  • gestion des budgets pour l’achat de ressources (documents matériels et immatériels)…
  • ainsi que la gestion des budgets pour le matériel, en général : remplacement du mobilier, des lumières, entretien général de l’espace.
  • C’est aussi la planification, la réalisation et le suivi d’événements culturels en corrélation avec l’actualité culturelle locale, régionale ou nationale et les besoins et demandes des usagers.

Dans bibliothécaire-maker, il y a aussi maker

Et de côté-là, on se forme plus qu’on est formé·e·s à l’être ! Meredith comme Nick sont principalement autodidactes. Meredith a essayé puis fini par faire tout ce que je pouvais faire moi-même : de la plomberie, du carrelage, refaire des coussins et des housses de canapé ou du tricot ainsi que la modélisation et l’impression 3D et le graphisme numérique. Quant à Nick, il n’a jamais suivi de programme universitaire formel ni eu de carrière rémunérée. Je suis tombé dans la rénovation et la construction en réhabilitant un immeuble à Kansas City.

Un atelier de soudure dans une Maker Faire. Au premier plan, une jeune femme aux cheveux rouges et coiffée d'une casquette et plusieurs autres visiteurs en arrière-plan suivent des instructions de montage, fer à souder à la main, sur une longue table.

Atelier soudure en Maker Faire. Photo de Sparkfun sous licence Creative Commons – Attribution.

Bien que le mouvement des makers soit aujourd’hui encore largement informel, quelques université américaines comme le Massachussets Institute of Technology (d’où nous vient entre autres le concept même de Fab Lab) hébergent des programmes interdisciplinaires à la croisée de la technologie et des arts. En France aussi, il y a quelques options !

Il n’y a qu’un seul élément dont on n’a pas encore parlé : le salaire. Un·e bibliothécaire débutant·e touche 1500 € en France, progressant ensuite suivant les grilles d’évolution de salaires de la fonction publique.

Vous avez maintenant toutes les informations en main pour faire prospérer cette nouvelle espèce de bibliothécaires du 21ème siècle. Bonne chance à tou·te·s !


 Liens

Tom Maillioux
www.tommaillioux.net
@Bookmore

7 commentaires

  1. Pingback: Fiche métier : bibliothécaire-mak...

  2. Laurence

    Autre « option » pour devenir bibliothécaire-maker…et ça se passe au Carrefour rnumérique² 😉
    Un stage proposé par le CNFPT : « Créez le fablab de votre collectivité »
    http://www.netpublic.fr/2016/01/creez-le-fablab-de-votre-collectivite/

  3. Pingback: Fiche métier : bibliothécaire-mak...

  4. Pingback: Fiche métier : bibliothécaire-mak...

  5. Pingback: Des lieux de fabrication en bibliothèque – Le Troisième Lieu

  6. Bonjour,

    Y-a-t-il une limite d’âge pour suivre cette formation? Merci pour votre réponse

    • Melissa

      Bonjour,
      Si vous parlez de celle du CNFPT, a priori non, mais c’est à voir avec eux !

Laisser un commentaire

Le site "Carrefour numérique², qui veut du rab'?" fonctionne avec WordPress.
Ce site a été développé par Jérémie Cousin à partir du thème Imbalance2.
se connecter