Fab City : quand la ville se réinvente dans les Fab Labs

Du 11 au 22 juillet 2018 s’est tenu au Carrefour Numérique², mais aussi sur l’ensemble du parc de la Villette, l’événement Fab City Paris. Cette réunion des communautés de Fab Labs du monde entier avait pour objectif de repenser la ville, pour rendre cette dernière autosuffisante et connectée.

Le 14 juillet 2018, Le Carrefour numérique² ouvrait au public le Fab City Campus, un évènement gratuit permettant de mettre en lumière des acteur·trice·s locaux·ales travaillant sur des thématiques urbaines. Il faisait suite au Fab City Summit, un événement professionnel regroupant créateur·trice·s, designer·euse·s, architectes, Fab labs, agriculteur·trice·s urbain·e·s, et chargé·e·s d’étude sur les questions d’économie circulaire et collaborative.

Notre objectif en tant que Fab Lab est de sensibiliser les gens sur la durée de vie de leurs appareils, explique Isabelle Chabanon-Pouget, médiatrice et chargée d’événement au Carrefour numérique². De manière globale, les visiteur·se·s de la Villette peuvent rencontrer des spécialistes en textile, recyclage du plastique, agriculture urbaine… Au Carrefour numérique², notre effort a surtout porté sur l’obsolescence programmée.

Au menu de ce week-end chargé, les visiteur·se·s ont pu participer à un atelier d’autopsie d’ordinateur et de smartphone. L’occasion pour certain·e·s de voir pour la première fois l’intérieur d’un téléphone portable et les différents composants. Sans lâcher les tournevis, il était aussi possible d’assister à un atelier de démontage d’imprimante, mené par l’atelier D.Clic. Une fois dévissées, les parties plastiques, les câbles ou les morceaux d’aluminium étaient disposés dans des bacs tandis que les parties électroniques étaient exposées sur la table. Beaucoup de personnes n’ont jamais vu l’intérieur d’une de ces machines, explique Emmanuel, en charge de l’atelier. L’objectif est de permettre aux gens de voir ce qu’il y a a l’intérieur d’une imprimante par exemple, mais aussi de gagner en autonomie en choisissant les bons outils et la bonne posture pour démonter tout ça.

Sur la même thématique, l’association Electrocycle présentait son stand « Sauvons les piles ». Les visiteurs avaient la possibilité de tester leurs piles à usage unique et même de les régénérer. Ce processus méconnu permet de redonner une seconde vie à des piles qu’on estime bonnes à jeter à la poubelle. On peut rendre jusqu’à 80% d’énergie à ces piles, explique Cyril, responsable de la station qui va être en accès libre dans le Fab Lab. Mais l’objectif à long terme est surtout de changer les mentalités sur l’usage des piles à usage unique. On dépense plus d’énergie à fabriquer une pile que ce qu’elle contient réellement, alors qu’une pile rechargeable peut être utilisée une centaine de fois et est, en moyenne, vingt fois plus rentable.

À l’autre bout du Fab Lab, c’est Kataposte qui présentait son ghetto blaster modulable en bois. Imaginée dès la conception comme un produit réparable, cette grosse caisse contient des enceintes de voiture et un récepteur bluetooth alimenté par une batterie. Le tout est composé en open hardware, pour que chaque élément puisse être remplacé en cas de panne.

David-Julien Rahmil

Laisser un commentaire

Le site "Carrefour numérique², qui veut du rab'?" fonctionne avec WordPress.
Ce site a été développé par Jérémie Cousin à partir du thème Imbalance2.
se connecter