Aimer l’Ardunio avec Andrea

Depuis le printemps 2015, Andrea, jeune fan d’électronique, a investi le Carrefour numérique². Sa mission : animer des ateliers Arduino à destination des filles.

J’avais deux solutions, nous confie Andrea Erdos, soit acheter tout le matériel pour animer les ateliers Arduino, soit trouver une structure d’accueil. Je l’ai trouvée grâce à Matthieu (Vernet, chargé de projet au Carrefour numérique², NDLR). Le Carrefour numérique² met à ma disposition une salle et tous les kits, c’est super pratique !. Le principe de ses ateliers : être ouverts en priorité aux filles. Les garçons sont bienvenus… s’ils viennent accompagnés d’une fille. Aussi, en ce jeudi férié, un seul membre de la gent masculine, venu avec sa fille, était présent. Pour la plupart des femmes présentes, dont la rédactrice de cet article, c’était leur baptême d’Arduino.

Je me jette à l’Arduino

Après une brève présentation des principes de l’électronique, nous sommes passées à l’action. Notre mission, réussir à allumer une puis deux LED grâce à un petit programme informatique.

  • Première étape, monter le circuit électrique : installer les résistances et les LED. Ah ! Attention au sens du courant, à la puissance des résistances, à l’emplacement des composants sur la platine d’expérimentation.
  • Deuxième étape : apprivoiser le langage (C/C++) pour piloter les éléments du circuit dont l’allumage des LED. Ah ! Ne pas oublier les accolades ! Pour une néophyte comme moi, c’est la barrière psychologique qu’il faut pulvériser. Car une fois les neurones dans le circuit, on s’en sort très bien. Et si l’on s’emmêle les pinceaux dans le sens du courant ou la hauteur des pattes des LED, Il y a toujours quelqu’un pour te débloquer. Au bout d’une petite heure de tests… Tatam ! Voilà le résultat.

Son engagement

Andrea s’est lancée dans l’aventure de la formation pour combler un vide. Depuis plusieurs années, dans des pays anglophones, il y a un réel effort pour proposer des ateliers d’initiation à la programmation et à l’électronique réservés aux filles. En France, encore assez récemment, c’était le grand désert. Résultat : peu de filles dans les classes scientifiques et technologiques et par conséquent, très peu de techniciennes ou d’ingénieures. Ayant vécu en Australie avant de venir en France, j’étais très sensible à ce fossé homme/femme. D’où l’idée de proposer ces ateliers, m’explique-t-elle. Andrea est engagée et passionnée.

Ses nombreux projets

IMG_0702

Son appartement est un micro lab rempli de matériel et son chien est parfois son cobaye. Je mène des projets personnels qui mêlent programmation et électronique. Après avoir travaillé sur des e-textiles, j’ai envie de nouvelles créations en lien avec l’environnement. Par exemple, équiper des ruches de capteurs pour surveiller l’activité des abeilles. Une occasion de peut-être travailler prochainement avec une autre fan des abeilles, fidèle du Carrefour numérique², Joëlle. Parce qu’entre son boulot, ses projets et Paris Maker Girls, Andrea aimerait trouver le temps de former des futures formatrices pour passer le relais et s’impliquer dans des projets plus pointus : Au Carrefour numérique², il y a pas mal de fan de robotique, mon désir serait de fabriquer un·e robot·e de A à Z en réunissant un groupe de filles. Si vous êtes intéressées, contactez-la !

Evelyne Jardin


Laisser un commentaire

Le site "Carrefour numérique², qui veut du rab'?" fonctionne avec WordPress.
Ce site a été développé par Jérémie Cousin à partir du thème Imbalance2.
se connecter